Article

Hanover Square Rooms


Hanover Square Rooms


Le Hanover Square Rooms ou Queen's Concert Rooms (salle de concert de la reine) était un ensemble de salles principalement utilisées pour des concerts musicaux, située au coin de Hanover Square, à Londres, créés par l’impresario Giovanni Gallini en partenariat avec Johann Christian Bach et Karl Friedrich Abel, en 1774.

Pendant exactement un siècle de 1775 jusqu'en 1874, elle fut la principale salle de concert de Londres, réputée pour excellence de son acoustique. Un auditoire fortuné put y entendre nombre d'évènements musicaux d'envergure, tels les douze symphonies londoniennes de Haydn présentées au public aux concerts Salomon entre 1791 et 1795.

Le bâtiment a été démoli en 1900.

Histoire

Le site avait été occupé auparavant par un moulin, d'où son ancien nom de Mill Field et celui de la rue attenante, Mill Street. À l'origine, c'est la propriété du Comte de Plymouth, louée à Lord Dillon en juin 1774, et vendue pour 5 000 £ au Vicomte Wenman, qui, le même jour, l'a transmise à Gallini, Bach et Abel. Gallini avait la propriété de la moitié de la pleine propriété et les deux autres d'un quart chacun. Sur le site anciennement occupé par un jardin et un bureau, sont construites, comme extensions de la maison, des salles de réunion pour concerts et réunions publiques. La salle principale située au premier étage mesurait 79 pieds (24,0792 m) par 32 pieds (9,7536 m), avec une hauteur comprise entre 22 et 28 pieds (8,5344 m) : ses plafonds voûtés portaient des peintures décoratives réalisées par Giovanni Battista Cipriani et Thomas Gainsborough, un ami de Bach et Abel, chargé de produire pour les salles la transparence de la peinture sur verre. En outre, il y avait une petite pièce donnant sur le côté Nord de la salle principale et une grande salle au rez de chaussée.

La salle d’Hanover Square Rooms dont les concerts ont commencé en février 1775, dirigés par J-C Bach, devient l'une des principales salles de concert de Londres. Pour ces concerts, la convention était que « les billets des dames sont en Noir et ceux des Messieurs en Rouge ». Un texte d'avril 1776 du journal d'Edward Piggot donne la description suivante d'un des concerts :

En novembre 1776, Gallini rachète les parts de ses partenaires afin de devenir l'unique propriétaire. Bach et Abel poursuivent la tradition des concerts d'abonnement qu'ils avaient commencée ensemble en 1763, portée sur l'organisation de festinos dans les salles de concerts jusqu'en 1783, lorsque le beau-père de Gallini, Lord Abingdon, retire son soutien financier. Jusqu'à son emprisonnement en 1795, pour des déclarations diffamatoires concernant un « avocat plutôt louche » (pettifogging lawyer) qui aurait triché, Lord Abingdon donne son allégeance à l'orchestre du Panthéon, situé sur Oxford Street. De 1783 à 1793 la programmation est organisée par le violoniste Wilhelm Cramer, qui a dirigé le groupe « Les concerts professionnels », annoncé comme fondé par « d'éminents professeurs de musique, résidant à Londres de nombreuses années ». Les Hanover Square Rooms ont apprécié le patronage royal, à partir de 1785 à 1793, avec George III et la Reine-Charlotte pour de fréquents concerts en spectateur. Le roi y a même une salle attenante connue comme le « salon de thé de la reine », pour laquelle il fait don d'un grand miroir doré, pour le manteau de la cheminée. En 1776, débute la série de concerts dans les Hanover Square Rooms du violoniste et impresario de Johann Peter Salomon. Les Hanover Square Rooms sont utilisés par le Concert de musique ancienne à partir de 1804, pour le bénéfice annuel de spectacles du Messie de Haendel pour la Société royale des musiciens de 1785 à 1848 ; à partir de 1833, par la Société philharmonique, créée dès 1813, sous le patronage du Prince régent ; et, à partir de 1848 jusqu'à sa dissolution en 1861, par la société de l'amateur de musique, une association chorale fondée par Henry David Leslie, en 1847. En 1813, l'éloignement du Prince régent et du Beau Brummell, est déclarée à un bal costumé dans ces salles, où Brummell, n'étant pas reconnu par le Prince, demanda à un de ses compagnons dans un chuchotement de scène, « Alvanley, qui est votre gros ami ? ».

Au fil des années, les Hanover Square Rooms sont visitées par de nombreux grands musiciens, des artistes interprètes ou instrumentistes, notamment Joseph Haydn (1791–1794), Johann Nepomuk Hummel (interprétant les sonates pour piano de Haydn, en 1791 et un concerto pour piano de Mozart, en 1792) Felix Mendelssohn (1842, la première de la Symphonie Écossaise), Niccolò Paganini (jouant devant des bancs vides, à son grand dam, en 1834), Franz Liszt (1840), Anton Rubinstein (1842), Joseph Joachim (interprétant le concerto pour violon de Beethoven à l'âge de douze ans et sous la direction de Mendelssohn, 1844), Hector Berlioz (1848 et 1853), Clara Schumann (1856) et Jenny Lind (le « rossignol suédois », accompagnée de son mari, le pianiste Otto Goldschmidt, 1856). Les concerts de Haydn, organisés par le biais de longues négociations avec les Salomon, avec en vedette les neuf premières Symphonies londoniennes, n° 93-101. Dans une page du journal de 1791, Charles Burney écrit :

En 1856, après le quatrième concert auquel elle avait participé — programmé pour cinq heures avec l'arrangement pour orgue de la musique de son mari Robert Schumann, pendant l'intervalle, Clara Schumann écrit : « C'était vraiment le nec plus ultra d'un mauvais concert. Je me sentais honteuse, entre toutes ces terribles choses ». De l'arrangement pour orgue, de l'œuvre pour piano à quatre mains, Geburtstagmarsch, la première des pièces extraite des 12 Klavierstücke op. 85 de Schumann, elle écrit qu'elle « était l'une de ces incompréhensibles choses qui ne pouvait arriver de nulle part, sauf en Angleterre. »

Le Hanover Square Rooms est également utilisé pour les premières représentations en Angleterre de Jean-Sébastien Bach, et la renaissance anglaise de la musique instrumentale et chorale de Bach. Dans les deux premières décennies du XIXe siècle, Samuel Wesley interprète ses sonates pour violon avec Salamon et des arrangements de sa musique d'orgue pour deux solistes, avec Vincent Novello, parfois avec accompagnement d'orchestre ; Mendelssohn joue un prélude et fugue sur l'orgue en 1840, lors d'un concert organisé par le Prince Albert ; et, en 1854, William Sterndale Bennett, l'un des membres fondateurs de la Société Bach cinq ans auparavant, dirige la première exécution anglaise de la Passion selon saint Matthieu.

Les bals de charité pour l'Académie Royale de Musique ont lieu régulièrement dans les salles de concert fréquentées par la famille royale. Après le bal de 1835, Benjamin Disraeli écrit à sa sœur :

Les salles du Hanover Square Rooms sont utilisés à de nombreuses fins différentes, en dehors de la musique et des bals, notamment des réunions publiques qui vont de la conférence sur l'Église d'Angleterre à l'exposition de  broderies et tapisseries. Il a aussi des entretiens médicaux, notamment le 1er mars 1842, une conférence donnée par le chirurgien écossais James Braid, qui donne l'une des premières manifestations publiques de ce qu'il a appelé neuro-hypnotisme ou « sommeil nerveux » en envoyant simultanément 18 des membres de l'auditoire dans un état de transe

En 1848, avec la disparition deux nièces de Gallini, le Hanover Square Rooms est acquis par l'éditeur de musique Robert Cocks. Hector Berlioz raconte une exécution de la visite qu'il fait en 1853 :

« J’ai reparu avant-hier pour la première fois devant le public anglais au 4e concert de la Societé Philharmonique de Hanover Square. C’était dangereux. Le ban et l’arrière-ban des Classiques s’y étaient donné rendez-vous. L’exécution d’Harold a été étonnante de verve et de précision, j’en dois dire autant de celle du Carnaval Romain. On m’a énormément applaudi malgré la fureur de quatre à cinq ennemis intimes qui, m’a-t-on dit, se crispaient dans leur coin. Mon nouveau morceau en style ancien (Le repos de la Sainte famille) délicieusement chanté par Gardoni a produit un effet extraordinaire, et il a fallu le redire. Je ne l’avais jamais entendu même au piano ; je vous assure que c’est très gentil. »

— Hector Berlioz, lettre à son éditeur Brandus à Paris, 1er juin 1853.

À partir de 1862, après avoir été entièrement réaménager, la salle de concert est utilisée par la Royal Academy of Music. À partir de 1868 jusqu'à 1874, les salles sont utilisés pour réunions du mouvement pour le droit de vote des femmes : en 1868, Emily Faithfull y donne des conférences sur « la revendication de la Femme » ; en 1870, la deuxième réunion de la nouvelle London National Society for Women's Suffrage a eu lieu dans Hanover Square Rooms, présidée par Clementia Taylor (épouse du député Pierre Alfred Taylor) et adressée par Helen Taylor, Harriet Grote (épouse de George Grote) et Millicent Fawcett ; en 1873, une réunion publique identique est organisée par Lady Anna Eliza Marie Gore-Langton (épouse du député William Gore-Langton) et Eliza Sturge (nièce de Joseph Sturge).

Le dernier concert de l'Académie Royale a lieu en 1874. L'année suivante, la propriété a été vendue et est devenue les locaux de la Hanover Square Club, qui avait déjà été la tenue de réunions du comité depuis que la propriété était à Robert Cocks. Les bâtiments ont été démolis en 1900.

Galerie

Notes et références

Bibliographie

  • (en) Walter Thornbury et Edward Walford, Old and New London: Westminster and the western suburbs, vol. 4, Cassell, Petter, & Galpin, coll. « Old and New London: A Narrative of Its History, Its People, and Its Places »,
  • (en) Aileen K. Adams, 20 Hanover Square, London W1: first home of The Royal Society of Medicine, vol. 96, , 241–244 p. (DOI 10.1258/jrsm.96.5.241)
  • (en) Ian Woodfield, Salomon and the Burneys: private patronage and a public career, Ashgate Publishing, (ISBN 0-7546-3612-7)
  • (en) Warwick Lister, The first performance of Haydn's "Paris" Symphonies, vol. 1, , 289–300 p. (DOI 10.1017/s1478570604000168)
  • (en) Christopher Roscoe, « Haydn and London in the 1780s », Music and Letters, vol. 46,‎ , p. 203–212 (lire en ligne), Account with contemporary newspaper reports of attempts to persuade Haydn to visit London
  • (en) Stephen Samuel Stratton, Nicolo Paganini: His Life and Work, BiblioBazaar, , 68–68 p. (ISBN 0-559-80636-1)
  • (en) Berthold Litzmann, Clara Schumann: An Artist's Life Based on Material Found in Diaries and Letters, Litzmann Press, (ISBN 1-4067-5905-8)
  • (en) William Weber, The Great Transformation of Musical Taste: Concert Programming from Haydn to Brahms, Cambridge University Press, (ISBN 0-521-88260-5)
  • (en) Elizabeth Crawford, The women's suffrage movement: a reference guide, 1866–1928, Routledge, (ISBN 0-415-23926-5)
  • (en) Simon McVeigh, « The Professional Concert and Rival Subscription Series in London, 1783–1793 », Royal Musical Association Research Chronicle, vol. 22,‎ , p. 1–135 (DOI 10.1080/14723808.1989.10540933, JSTOR 25099400)
  • (en) Michael Forsyth, Buildings for music: the architect, the musician and the listener from the seventeenth century to the present day, Cambridge University Press, (ISBN 0-521-26862-1)
  • (en) Benjamin Disraeli, Lord Beaconsfield's Correspondence with His Sister, BiblioLife, (ISBN 0-559-79874-1)
  • (en) Christopher Hibbert, Ben Weinreb, John Keay et Julia Keay, The London encyclopaedia, Pan Macmillan, (ISBN 1-4050-4924-3)
  • (en) Thomson Jay Hudson, The Law of Psychic Phenomena. A Working Hypothesis for the Systematic Study of Hypnotism, Spiritism, Mental Therapeutics, etc, Adegi Graphics, (ISBN 1-4021-7106-4)
  • (en) Alan Gauld, A history of hypnotism, Cambridge University Press, (ISBN 0-521-48329-8)
  • (en) The Discovery of Hypnosis: The Complete Writings of James Braid, the Father of Hypnotherapy, UKCHH, (ISBN 0-9560570-0-4)
  • (en) F. G. E., « Lady Violinists », The Musical Times, vol. 47,‎ , p. 662–668 (DOI 10.2307/903021)

Liens externes

  • (en) Hanover Square, British History Online, contenant un historique détaillé de la Hanover Square Rooms.
  • (en) Site web de la famille Gallini avec les détails des activités de Giovanni Gallini
  • Berlioz à Londres, comptes rendus des concerts à Hanover Square Rooms entre 1848 et 1853
  • Haydn, la Partie 2 de J. Cuthbert Hadden de 1902 biographie
  • Tate documents sur Thomas Gainsborough, Tate Gallery
  • Transparence du verre de Thomas Gainsborough, Victoria and Albert Museum
  • Du grand art dans la coiffure de Rapport dans le New York Times sur un salon d'exposition de Hanovre Carré Chambres, 1874.

  • Portail de la musique classique
  • Portail du Royaume-Uni

Hanover Square Rooms


Langue des articles



Quelques articles à proximité